Recent Articles

FIASCO 2 : SEGWAY

FIASCO 2 : SEGWAY

 

Peut être ne connaissez vous pas les détails de l'histoire du Segway : une excellente idée, "détournée" de son objet initial, qui a tout de même à son palmarès, un Président des Etats Unis accidenté, la star de l'athlétisme renversée en direct mondial et, hélas, le décès de son PDG.

A la fin des années 90, Dean Kamen est un inventeur/entrepreneur "successful" (tjrs pas de traduction française) spécialisé sur le secteur médical (pompe à insuline, DEKA, FIRST, etc) qui met au point le IBot, un fauteuil motorisé pour handicapé capable tenir en équilibre sur 2 roues et de monter des escaliers. Brillantissime !
Les voies de l'innovation étant souvent tortueuses, le projet prend une tout autre orientation quand, un week-end, en dépouillant un Ibot, D. Kamen bricole un truc auto-stable à 2 roues, plutôt ludique, très original et donc facilement marketable, le Segway. Comble de malchance, au même moment, la première bulle internet enfle et quelques gourous visionnaires de la Silicon valley (J.Bezos d'Amazon, S.Job, etc) déclarent que le IT ou Ginger (le nom de code du projet qui est encore secret à ce moment) va changer la face du monde et investissent quelques brassées de millions.

En 2000/1, la machine start-up s'ébranle : campagne de promo mondiale (un des premiers buzz de l'histoire d'internet), construction de labo et usine high tech, recrutement d'un réseau de distribution (aka les premiers pigeons),... le tout dimensionné pour un volume de 100.000 Segway/an à 7000+ $ le bout. Un brindille... (D.Kamen quitte rapidement et sagement l'entreprise)

Accessoirement, personne ne s'interroge sur quelques détails mineurs : où utiliser le Segway par exemple? quid de la légalité du véhicule? de la sécurité intrinsèque de cette technologie(qui nécessite des moteurs de forte puissance)? Plus généralement, ce produit génial (quoique cher et compliqué) pour des personnes ayant des problèmes de mobilité reste-t-il vraiment justifié pour aller chercher sa baguette?

Déjà en 2003, un Président des États Unis, certes maladroit, fut victime du Segway. Même si à posteriori, la conjuration du Bretzel et du Segway aurait pu nous éviter quelques soucis, c'est une publicité à laquelle un constructeur survit rarement.


En 2009, malgré 400 millions $ de dépenses, les ventes sont notoirement insuffisantes (-10.000 par an) et l'entreprise, en difficulté, est rachetée (et sauvée) par  un riche entrepreneur anglais, Jimi Heselden. Celui ci, plein de bon sens, renonce à la clientèle individuelle, se concentre sur le marché de la location type "promenade touristique" et réduit l'objectif à 10.000 Segway/an . L'entreprise se stabilise mais hélas, Jimi Heselden trouve la mort fin 2010  lors de sa promenade matinale en Segway sur un sentier glissant et cahoteux longeant une falaise.

Concretement, la logique à la base de la stabilité du Segway atteint sa limite dès qu'une roue perd le "contact" avec le sol par exemple lors d'un dérapage dans une flaque de boue ou devant un obstacle. Faute de référence, la puissance (importante) des moteurs s'emballe pour le meilleur ou pour le pire. Tapez "segway fall" sur youtube et vous verrez.

En 2011, l'entreprise est rachetée par l'entreprise chinoise Inmotion Technologies avec qui elle était en procès au sujet de certains brevets.

Parallèlement, de 2006 à 2009, le fauteuil IBot a été produit avec succès par l'entreprise de D. Kamen. La commercialisation a été arrêtée pour des raisons réglementaires et commerciales mais de nouvelles versions/marques sont maintenant disponibles.